Simon et Fils
Vendange 2009 en Bourgogne

2009 marque le retour des saisons. Après une belle année météo, caractérisée par un agréable printemps qui a succédé à un hiver long, froid et neigeux, l'été, enfin au rendez-vous, favorise une croissance et une maturation optimales de la vigne et de ses raisins. A quelques jours des vendanges, les vignerons, enthousiastes, affichent un moral au beau fixe.
L'installation d'une période chaude et ensoleillée, dès la première quinzaine d'avril, a permis un débourrement (sortie des bourgeons) rapide et homogène sur l'ensemble de la Bourgogne avec des dates conformes à la moyenne de ces 15 dernières années, et plus particulièrement proches de celles de 2005.
La floraison s'est ensuite déroulée en deux temps. Les températures moyennes de la fin mai, ayant dépassé les normales de saison, ont initié une floraison rapide des parcelles les plus précoces. Le rafraîchissement intervenu au cours de la première décade de juin a retardé la floraison des parcelles plus tardives, notamment dans l'Yonne.
Ce décalage s'est ensuite maintenu aux différents stades de développement de la vigne et des raisins.
L'installation d'un temps caniculaire vers le 10 août a induit une véraison et un déclenchement de la maturation rapide. L'Interprofession des vins de Bourgogne a donc lancé ses contrôles de maturité dès le 13 août.
Depuis, grâce à des conditions climatiques optimales (soleil et chaleur), la maturation évolue à un rythme très soutenu et induit un phénomène de concentration au sein des baies. En effet, chaque semaine, le degré potentiel d'alcool augmente de plus d'un point, atteignant des niveaux voisins de ceux relevés à la mi-septembre 2008. La dégustation des baies montre d'ores et déjà un très bel équilibre sucres-acidité des plus prometteurs.
L'état sanitaire du vignoble est parfait.
2009 s'annonce comme un millésime de grande qualité : fruité, concentré, équilibré, puissant... en un mot, magnifique. Ce millésime prometteur est le fruit de l'alliance de conditions climatiques idéales et d'une charge maîtrisée. Le volume de récolte est estimé à 1,4 million d'hectolitres, soit 10 % de moins qu'en 2008.
Tout laisse à penser que la légende bourguignonne des années en 9, fameuses pour leurs grands millésimes, se vérifiera une fois encore.

#gallery img_1253775055G86mp86